recontruction mammaire

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

Les seins ont une symbolique très forte et toute altération de leur volume ou de leur forme est vécue comme une atteinte à la féminité.

La reconstruction mammaire concerne les patientes qui ont eu une mastectomie partielle ou totale après une chirurgie pour cancer du sein, et qui ont le désir de retrouver une poitrine harmonieuse. Lorsqu’il faut reconstruire un sein, ceci s’inscrit dans un programme thérapeutique long, qui se réalise en trois étapes majeures, espacées d’au moins trois mois:

  • Dans un premier temps : il faut redonner un volume et une forme au sein Il faut alors apporter un lambeau (peau, muscle),une prothèse et/ou de la graisse autologue (lipomodelage par adipocytes)
  • Ensuite il faut intervenir sur le sein opposé afin d’approcher le plus possible une symétrie
  • Enfin il convient de reconstruire l’aréole et le mammelon (par lambeau local ou tatouage)

Les interventions successives sont prises en charges par la sécurité sociale.


  • AVANT L’INTERVENTION
    • Consultations préopératoires avec le chirurgien
    • Consultation avec le médecin anesthésiste
    • Une mammographie et une échographie mammaire sont réalisées avant l’intervention
    • Réalisation de photographies pré-opératoires de face et de profil
    • Remise de la fiche d’explication de la SOFCPRE et du consentement éclairé
  • PENDANT L’HOSPITALISATION
    • Dessins préopératoires
    • Anesthésie générale
    • Durée d’intervention : deux heures environ.
    • Hospitalisation de 48 heures
    • Pansement et sortie à J2
  • APRÈS L’INTERVENTION
    • Pansement tous les deux jours par une infirmière à domicile
    • Première visite de contrôle avec le chirurgien à J15
    • Arrêt de travail d’un mois
    • Port d’une brassière ou d’un soutien-gorge sans armature pendant deux mois
    • Reprise d’activités sportives : progressivement un mois après l’intervention.
    • Aspect définitif du résultat après environ trois mois

LA TECHNIQUE OPÉRATOIRE

La patiente est en décubitus dorsal, en position demi-assise.

La chirurgie doit se pratiquer à distance des séances de radiothérapie.

Le choix de la technique est adapté à la patiente et aux impératifs imposés par la reconstruction.